Heidi Barkun explore les constructions identitaires par une pratique transdisciplinaire, vue à travers un prisme scientifique et féministe. L’attention portée à son infertilité dans ses œuvres récentes découle de six ans de traitements infructueux de la fécondation in vitro.

Heidi est finissante à la maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) avec concentrations en création et études féministes. Elle a obtenu un baccalauréat ès sciences en anatomie et biologie cellulaire de l'Université McGill et un baccalauréat ès beaux-arts (avec distinction) de l’Université Concordia.

Les œuvres de Heidi ont été exposées au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud et se trouvent parmi les collections de la Banque Nationale du Canada et la collection Senvest.

Heidi est la récipiendaire de bourses de plusieurs organismes, dont le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts et des lettres du Québec, et de la Faculté des arts de l'UQÀM. Elle a reçu la bourse d'excellence RéQEF-UQAM donné par le Réseau québécois en études féministes (2018-19), la Bourse Claude-Courchesne en arts visuels et médiatiques (2017-18), la Bourse Anita-Caron/Institut de recherches et d’études féministes (2017-2018) et la bourse de l'Institut de recherches et d'études féministes (IREF) (2018-19). Elle est aussi une récipiendaire de deux bourses FARE (Fonds à l’accessibilité et à la réussite des études) pour l'excellence académique aux cycles supérieurs (2017-18 et 2018-19) .