La pratique féministe transdisciplinaire de Heidi Barkun s’articule autour de questions d’identité, de maladie et d’échec en employant la voix, le texte, les objets et les lieux comme médias de résistance aux définitions normatives. En appuyant autant sur la recherche théorique qu’artistique, elle vise à élargir des espaces de conversation sur des sujets tabous. Heidi détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques avec concentration en études féministes (UQAM, 2020), un baccalauréat en beaux-arts (Concordia, 1999) et un baccalauréat en sciences (McGill, 1995). Elle est lauréate 2020 de la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain. Ses œuvres ont été exposées au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud, et elle a présenté ses recherches aux conférences académiques à Paris, Vienne, New York, Aalborg et Montréal. Elle est présentement artiste en résidence à la Chaire McConnell-Université de Montréal en recherche-création sur la réappropriation de la maternité. Heidi Barkun vit à Tiohtià:ke / Mooniyang / Montréal.